S’engager dans un projet humanitaire : mode d’emploi

S’engager dans un projet humanitaire est une expérience de plus en plus attirante de nos jours. En effet, étape importante dans la construction de sa personnalité, cela permet de s’ouvrir vers les autres et d’apporter sa contribution au développement de la planète. Intéressés ? Suivez le guide.

Qu’est-ce que l’humanitaire ?

Aujourd’hui, il ne s’agit plus uniquement de bonne volonté, il faut aussi d’avoir les capacités professionnelles et les compétences et ce afin de contribuer et d’aider un pays, une population.

Il existe deux types de mission humanitaire : la mission d’urgence, souvent à court terme, à la suite d’une catastrophe naturelle ou d’une guerre et la mission de développement qui se fait sur le long terme, puisqu’il s’agit de redynamiser les sociétés et leur tissu social à travers des projets de réhabilitation, de reconstruction.

Bénévolat et volontariat : indemnisation et rémunération

Il existe des missions humanitaires bénévoles et des missions humanitaires rémunérées. Quand vous vous engagez volontairement, sans rémunération, sans obligation, vous êtes bénévole, qui dès lors travaille partiellement, lors de votre temps libre.

On parle de missions humanitaires rémunérées lorsque vous percevez une rémunération, qui peut être soit une indemnisation, pour subvenir à vos besoins fondamentaux, soit une rémunération proprement dite car vous auriez été recrutés pour vos qualifications professionnelles dans un domaine spécifique tel que la santé ou l’enseignement.

Les bonnes raisons de s’engager

Avant de vous lancer dans ce projet, posez-vous la question de savoir si l’humanitaire est fait pour vous. Après tout, il ne s’agirait pas de vous engager parce que vous n’avez rien de mieux à faire, ou parce que vous ne trouvez pas d’emploi.

Voici quelques bonnes raisons, liste non exhaustive, de vous engager dans un projet humanitaire :

– Découvrir un nouvel horizon : quand on s’investit dans un projet humanitaire, on se retrouve face à de nouvelles cultures, de nouvelles histoires. Vous bénéficierez alors d’expériences enrichissantes.

– Voir votre générosité : après tout, en vous engageant dans un projet humanitaire, vous vous engagez à vous donner aux populations que vous aidez.

Quand partir ?

Le meilleur moment pour partir serait soit avant vos 25 ans, soit après vos 45 ans. En effet, avant 25 ans, vous n’avez pas trop de charges familiales qui pourraient vous freiner dans un projet humanitaire international. Après 45 ans, ayant construit votre vie, vous pouvez vous consacrer aux autres à travers une reconversion humanitaire.

Pour les jeunes, plusieurs opportunités existent. En effet, soit ils partent pendant les vacances, quand ils n’ont pas le cœur à tout quitter, soit ils partent après leurs études pour faire une pause au lieu d’une année sabbatique.

Alors, prêt à vous engager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *